Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
filmsadhoc.overblog.com

L’Eté de Giacomo

Publié le 30 Octobre 2012 par Villon Jean Paul

L’Eté de Giacomo

L’Eté de Giacomo

Mardi 6 Novembre 2012 21h Cinéma le Trianon MARVEJOLS

La bibliothèque municipale de Marvejols vous propose ce film dans le cadre du Mois du film documentaire, coordonné par la Bibliothèque départementale de prêt, et le conseil général de la Lozère.


Un film de Alessandro Comodin

France, Belgique, Italie - 2011 1h18 min - Sortie : 4 juillet 2012

Sélections et prix :

Festival du film de Locarno 2011, Léopard d'Or cinéastes du présent Entrevues, Festival du film De Belfort 2011, Grand Prix du Jury

Image : Tristan Bordmann Son : Julien Courroye, Florian Namias
Montage : João Nicolau

Avec :
Giacomo Zulian, Stefania Comodin, Barbara Colombo

Synopsis :

C’est l’été dans la campagne du
nord de l’Italie. Giacomo, un
adolescent sourd, part au fleuve
avec Stefania, sa meilleure amie.
En s’éloignant des sentiers battus,
ils se perdent et arrivent dans un
endroit paradisiaque où ils se
retrouvent seuls et libres. Ils ont 19 ans, leurs sens s’éveillent.

Des éclats de lumière, de l’eau, des rires, des cris, des éclaboussures, des marches sur des sentiers, les herbes qui fouettent les mollets, de la boue chaude et païenne sur les corps, de la sensualité,
« premier amour et autres chagrins », l’éveil, l’émerveillement, le trouble, « vous êtes tous verts de peur car dès les premiers baisers vous savez que ça ne pourra pas durer », le cinéma des origines et les origines du cinéma, l’insouciance, la confiance dans le cinéma, dans le plan, dans l’image, le son, les personnages, croire que tout ça fait récit, est émotion, résonne chez le filmeur comme chez le spectateur, le courage de quitter le chemin tracé de ce qu’on avait décidé de faire, l’amour fou du cinéma, la captation de l’éphémère , de ce qui ne se produit qu’une fois, ne se reproduira plus, la vie, la mort , la fin à l’ouvrage, la mélancolie, qu’est-ce que c’est beau la mélancolie, Les petites amoureuses et Badlands, au diable les références et les citations, regardons là le film que nous avons sous les yeux et voyons le comme ce qu’il est, un simple et pur moment d’enchantement.

Pascal DEUX et Mariana OTERO, cinéastes

Commenter cet article